Réunion de la Commission Nationale de Recensement Les orientations du Gouvernement pour la mise en œuvre du RGPH5

La Commission Nationale de Recensement a tenu sa première réunion, le lundi 13 janvier 2020 à l’Hôtel Sheraton de Bamako. La rencontre a regroupé, autour du Ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Population, Monsieur Adama Tiémoko DIARRA, les membres du gouvernement ou leurs représentants en vue de porter le regard de l’Etat sur l’état d’avancement des travaux du Cinquième Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPH5).

Par la loi n°98-020 du 9 mars 1998, le Gouvernement de la République a institué le Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPH). Il s’agit d’une opération décennale visant à actualiser les informations statistiques concernant les caractéristiques sociodémographiques de notre pays, et la dynamique de sa population. La Commission Nationale de Recensement est aussi une émanation de la même loi et de son décret d’application. Selon le Ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Population, la mise en place de cet organe répond « à la volonté des plus hautes autorités d’instaurer une synergie d’action autour des défis majeurs de la République ».

Composée de l’ensemble des membres du Gouvernement, la Commission Nationale de Recensement est l’organe suprême de pilotage des opérations du RGPH. Elle a pour mission la supervision et  l’orientation stratégique dudit recensement.

Le Mali réalise la Cinquième édition du Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH5), après celles de 1976, 1987, 1998 et 2009. La présente opération s’aligne au Programme des Recensements de la série 2020 des Nations Unies qui recommande l’utilisation des technologies numériques dans la collecte et le traitement des données. « Le RGPH5 a atteint sa vitesse de croisière, en ce sens que les travaux de terrain, notamment la Cartographie, ont démarré en juin 2019 et se poursuivent normalement. Quant au dénombrement, il est attendu pour novembre 2020 », a expliqué le Ministre DIARRA dans ses propos liminaires. Pour lui, la tenue de cette réunion de la Commission Nationale de Recensement est le témoignage manifeste de la solidarité gouvernementale, toujours prôné par le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ibrahim Boubacar Keïta et le premier Ministre, Chef du Gouvernement, Dr Boubou CISSE. « L’objectif majeur de ce recensement est d’actualiser notre connaissance de la situation démographique, sociale du pays et de sa dynamique économique. En fournissant des données sociodémographiques pertinentes, fiables et à jour, nous serons plus rassurés d’une meilleure prise en compte des variables démographiques dans les programmes et stratégies de développement de notre pays », a déclaré le Ministre.

Des défis majeurs à surmonter !

Devant les Ministres, le Directeur Général de l’Institut National de la Statistique (INSTAT, structure en charge de la mise en œuvre opérationnelle du recensement), Dr Arouna SOUGANE, a présenté les objectifs du RGPH5, l’état d’avancement des travaux, les difficultés et les perspectives de l’opération. Dr SOUGANE a rappelé que le budget de l’opération s’élève à 19,7 Milliards de F CFA. « Le montant mobilisé au 31 Octobre 2019 pour la réalisation du RGPH5 s’élève à 14,7 Milliards dont 9,3 Milliards (soit 62,5 %) provenant des PTFs, sans compter la prise en charge par l’USAID de l’appui technique du Bureau of Census des USA », a-t-il souligné. Il reste donc près de Cinq (05) milliards de FCFA de gap à recouvrer pour couvrir les dépenses relatives à la formation et à la prise en charge des agents recenseurs pour le dénombrement. Autres défis signalés : la disponibilité des équipements nécessaires aux travaux de dénombrement, notamment le complément des tablettes et de Power-Bank ; la sécurisation de l’opération dans les zones d’accès difficile, notamment dans les régions de Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal, Taoudénit et Ménaka ; la mobilisation du personnel pour les travaux de dénombrement ; entre autres. Défis pour lesquels, les Ministres ont donné des orientations à explorer par le Ministère de l’Aménagement du Territoire et de la Population, à travers l’INSTAT, pour la mise en œuvre efficiente de l’opération dans le délai imparti.